Universite du temps libre du Pays de Rennes

Conférences (informations complémentaires)

Quel magnifique succès que celui de notre lanceur ARIANE.

lundi 15/02/21 à UTL du Pays de Chateaugiron - Chateaugiron


Comment sommes nous devenus la 3ème puissance spatiale au monde. Histoire des fusées en France Alain JUNCHAT : Ingénieur DGA Résumé A l'origine des fusées il y a peut être des romanciers de génie comme Jules Verne ou H. G. Wells. En effet les premiers théoriciens des fusées comme le Russe Constantin Tsiolkovski (1857-1935), l'Américain Robert Goddard (1882- 1945) et le Français Robert Esnault Pelterie (1881-1957) ont tous été influencés par cette littérature. L'histoire des fusées en France commence à la fin de la seconde guerre mondiale. Peu après l'armistice, le gouvernement décide d'acquérir les technologies aérospatiales que les Allemands avaient développées en contournant le traité de Versailles. Le 17 mai 1945 le général de Gaulle écrivait : « il y a lieu de transférer en France, les scientifiques ou techniciens allemands de grande valeur pour les interroger à loisir sur leurs travaux et éventuellement les engager à rester à notre disposition ». En quelques mois la France n'a aucun mal à recruter des ingénieurs, sans travail après le bombardement de leurs usines. Ces Travailleurs Allemands TA seront installés dans des bâtiments sans affectation du plateau de Vernon dans l'Eure où a été créé en mai 1946 le Laboratoire de Recherches Balistiques et Aérodynamiques (LRBA). Pour la plupart ces techniciens sont des anciens de Peenemüde, endroit où les fameuses fusées V1 et V2 étaient conçues et construites. Parmi ces ingénieurs figurent Karl Heinz Bringer qui concevra le moteur Viking d'ARIANE, Helmut Haberman, spécialiste des paliers magnétiques et Otto Muller spécialiste du guidage et pilotage. Tous ces TA comme on les désignait à l'époque étaient des volontaires qui avaient un véritable contrat de travail. Dès 1946 Jean-Jacques Barré, un disciple d'Esnault Pelterie, continuera au LRBA ses travaux sur ce qu'on peut considérer comme la première fusée française. On ne disait pas encore fusée mais engin et cette première fusée EOLE était un Engin fonctionnant à l'Oxygène Liquide et Ether de pétrole. En 1947 commença le développement d'une série de fusées dérivées des V2 allemandes. Ce devait être une super V2 capable d'élever une charge de 1000 kg à plus de 3000 km d'altitude. Ce projet fut abandonné, mais préparait l'avenir. Les Américains qui avaient récupéré plusieurs V2 effectuaient avec ces fusées des sondages de la haute atmosphère. Les professeurs Moureu et Vassy proposèrent donc à la Direction des Études et Fabrication d'Armement de construire une fusée sonde pour étudier :  le comportement en vol et les possibilités d'un moteur de fusée à ergols liquides,  la très haute atmosphère au delà de 65 km. Ainsi naquit la fusée VERONIQUE A ces début VERONIQUE était alimentée en acide nitrique et essence de térébenthine par un générateur de gaz à poudre. Son moteur développait 4 t de poussée et pouvait propulser la fusée à 70 km avec une charge de 65 kg. Des VERONIQUE N lancées de 1952 à 53, aux VERONIQUE 61 tirées de 1961 à 73, 81 tirs se sont déroulés avec succès. La VERONIQUE AGI fut la première fusée française à envoyer un être vivant dans l'espace. Le rat Hector atteindra l'altitude de 110 km le 22/02/61. VERONIQUE n'est pas le prénom féminin, ni l'acronyme VERnOn acide NitrIQUE, mais vient de VERnOn électroNIQUE. Par la suite c'est le général de Gaulle qui fait prendre un autre élan aux fusées françaises en décidant de développer la recherche d'engins capables d'armer les vecteurs de la force de frappe. Le programme « Pierres Précieuses » permettra de lancer des Études Balistiques de Base qui aboutiront à la réalisation de la fusée DIAMANT. Avec cette fusée la France accédera au podium des nations spatiales en lançant le 26 novembre 1965 le satellite ASTERIX. En raison de cette notoriété, la France sera sollicitée par le Royaume Uni pour développer une fusée européenne EUROPA. Peu de tirs de cette fusée seront réussis et EUROPA sera un véritable échec. A quoi attribuer cet échec ?  au coût  au manque de coordination entre pays  au manque d'ambition du programme car les fusées doivent être capables maintenant de mettre sur orbite des satellites de télécommunication. Heureusement de cet échec, sur proposition française, naîtra une famille de fusées : les fusées ARIANE. Le 1er vol de qualification d'ARIANE eut lieu le 24/12/79 et fut un succès. Les vols commerciaux débuteront par la suite à partir de septembre 1982. A partir de 1980 l'ESA et le CNES lancent une réflexion sur une famille de fusées qui seront toutes baptisées ARIANE (2,3,4puis 5...). Elles auront toutes des capacités d'emport de plus en plus grandes. De 1981 à 2003 193 tirs d'ARIANE seront effectués.183 seront des succès. De 1979 à 2009 ARIANE lancera 278 satellites dont 121 satellites européens (Satellites: de télécommunications, scientifiques, météo,militaires, d'observation et sondes spatiales). Le 24/12/2009 la fusée ARIANE a fêté son 30ème anniversaire. Le 17/02/2011 ARIANE fêtait son 200ème vol en plaçant sur orbite l'ATV Johann es Kepler, un satellite de 10 tonnes. A cette occasion JJ Dordain, directeur de l'ESA, déclarait : « C'est encore un succès pour ARIANE ». La belle histoire continue, mais pour combien de temps encore? Bibliographie : Le LRBA d'hier à aujourd'hui ou 60 ans de modernité. Christian Vanpouille. DGA 2007 Les missiles. Histoire et stratégie. Robert Berman et Bill Gunston. Bordas 1984 L'histoire de la fusée. Courtland Canby. Editions Rencontre et ENI . 1963 Résumé court : Cet exposé montre comment est née l'industrie spatiale française : grâce à un ingénieur passionné et visionnaire, puis grâce aux techniciens allemands venus de la base de Pennemüde où étaient fabriquées les fusées V2. Ensuite ce sont les géophysiciens soucieux de connaître la physique de la haute atmosphère qui poussèrent à la recherche sur les fusées. Il faudra attendre les études engagées dans le cadre de la réalisation de notre « force de frappe » pour que l'on dispose de fusées capables de mettre sur orbite un satellite (ASTERIX). Soucieux de minimiser les dépenses engagées dans le cadre de leur arme nucléaire les Anglais sont à l'origine de l'industrie spatiale européenne. (fusée EUROPA). Cette fusée fut un échec, mais donnera naissance à la famille des lanceurs ARIANE, programme exceptionnel dans lequel la France est fortement impliquée.

 

*** Monsieur Alain Junchat - Ingénieur aéronautique ***"



Logo HTML5 Logo PHP 7 Logo PDO CSS Valide ! CSS Valide !